Tamtando | Bil Aka Kora e Tamtando (FRA)
18083
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-18083,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-7.5,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
 

Bil Aka Kora et Tamtando

Aéroport de Ouagadougou, Burkina Faso, 23h50. Un petit groupe de Tamtando sort du Gate, on entend le nom de Bil Aka Kora : nous nous approchons et le saluons, ainsi que beaucoup d’autres personnes le font. En réalité, à ce moment, nous n’étions pas parmi les «beaucoup de personnes», nous avions une demande spécifique, un ordre imposé par une chose que pour nous représente une émotion puissante : pure musique, ou simplement une véritable amitié partagée: Ray Lema. Ray nous parlait de Bil depuis longtemps, de son petit: “Vous devez absolument vous rencontrer, vous pourriez faire de bonnes choses ensemble ; il vit dans le pays que vous aimé : il faut que vous l’appeliez !”.

Cette nuit à Ouaga, évidemment grâce à ce père que nous partageons, nous avons passé des heures intenses, ensemble, en bavardant de musique, de projets, de l’Afrique. Et à partir d’ici tout a été simple: des concerts avec notre petit groupe, au Burkina, en Italie, en France, des ateliers avec ses musiciens, des interviews et nombreux échanges et de l’énergie.

Et enfin, le 12 juin 2016, le grand concert à Aoste, notre ville. Les Tamtando au complet, le Choeur Canto Leggero, des amis rappeurs, violon et violoncelle… Sa musique, son répertoire sélectionné, arrangé et emballé pour cette grande orchestre, un spectacle qui nous a récompensé du temps et de l’énergie investis, grâce à un public incroyable qui nous a soutenu pendant deux heures!

BIL AKA KORA est né en 1971 à Po, au Burkina Faso. Il est considéré comme le roi de Djongo, la musique traditionnelle du sud du Burkina Faso qu’il a modernisé, laquelle l’a vite rendu célèbre au-delà des frontières de son pays, si bien que les paroles sont en Kassena, une langue parlée par seulement 1% de la population; ses textes traitant de questions sociales.

Compositeur de bandes sonores pour films et documentaires, Bil a remporté plusieurs prix prestigieux, dont le Kunde ‘Or. Il dirige jusqu’à présent un studio de production appelé Djongo Diffusion qui promeut les jeunes musiciens africains.

DISCOGRAPHIE: 1998: Douatou, 2002: Ambolou, 2004: Dibayagui, 2009: Yaaba, 2014: Vessaba

…un hymne à « l’interculturalité » (…) Bil arrive à faire savourer tout le plaisir qui découle de la rencontre des voix, des musiques et des instruments. (Planète de culture)
…1,2,3,4, voilà la fusée Bil Aka Kora sur une autre planète. (…) Grâce à ce mélange de poésie et de messages forts soutenus par une rythmique bien dansante du pays Kasséna, Bil attire à chaque spectacle un public qui en redemande encore. (…) Une toute autre vision musicale qui porte l’artiste sur le piédestal des grands hommes de l’Art. (L’événement)
Sa voix chaude et profonde fait merveille dans des chansons qui disent en gourounsi, en mooré et en français (l’irrésistible Arithmétique) l’Afrique dans tous ses états. (Chorus)
Bil Aka Kora creuse son sillon. (Journal du jeudi)